Saint-uze – Grès Rhodaceram

 

photo photo photo photo

Deux ouvriers de l’usine Delaunay, Mr Chasselière (en photo plus bas) et Mr Groykoviezoff, s’associent pour créer, en 1957, la société Rhodoceram. Sa raison sociale est la fabrication ainsi que la vente de céramiques d’art, d’articles utilitaires et de souvenirs en porcelaine à feu. Ils s’installent dans l’ancienne poterie Pinet. Heberger image Mr Chasselière sera le gérant de cette société. Né le 3 juin 1929 à Ponsas, il n’a pas de formation de potier. Depuis 1954, il était employé à la fabrique Delaunay comme responsable de l’organisation du travail. Il commence avec une vingtaine d’ouvriers et utilise le vieux four à charbon existant. En 1962, il installe un premier four à gaz. Puis trois nouveaux fours complètent ce premier. L’usine emploie alors 70 ouvriers. Au début, il produit des articles de souvenir en grès flammé. Puis il crée un grès émaillé à coloration brune qui lui donne un cachet rustique. Avec cette gamme il remporte un vif succès. Heberger image

En 1975, de nouveaux batiments sont construits et l’usine à une surface de 2000 m2 . Les modèles se diversifient (50 modèles déposés en 1979). Dans les années 1980, Mr Chasselière doit faire face à de graves problèmes de santé. De ce fait il ne peut plus s’occuper de l’entreprise comme il le faisait avant. De ce fait, celle-ci périclite et elle est mise en liquidation judiciaire et cesse son activité le 16 décembre 1987. Source : extrait du livre de Mr Laplaud : Les céramiques du Nord -Drome,

  • Pays : France
  • Région : Rhône-Alpes
  • Faïencerie : Saint-uze
  • Année : + ou – 1970
  • Type : Grès
  • Signature : Rhodaceram
  • Restauré : non
  • Etat : Excellent

 

Saint-uze – modèle 13 Montagne

 

photo photo photo photo

Heberger image

Production Montagne. En 1840, située avenue Buissonnet quartier des Heurs, elle s’appelle Manufacture de porcelaine à feu Siguret Antoine et fils. Mr Joseph Siguret fils décède en 1860 et son père en 1861 sans laisser d’héritier. Sa veuve Mme Guichard Victorine dirige l’entreprise. Elle adopte un fils Romain Guichard qui épousera Mlle Escoffier Marie. De cette union naîtra deux filles. En 1913 après le rachat à la veuve Siguret, elle en fera don par la suite à Marguerite et Marie-Thérèse en 1920. Plus tard Marie-Thérèse en deviendra l’unique héritière. Elle épouse Mr Montagne Henri qui dirige la manufacture et la fait prospérer. A la fin de la seconde guerre mondiale l’usine est incendiée par les allemands. Le couple a quatre fils dont jean qui a suivi l’école de Sèvres. En 1944, celui-ci rentre de captivité et reconstruit l’usine. Avec sa mère et ses frères ils créent en 1950 une nouvelle société sous l’appellation  » La société des anciens Ets Henri Montagne. Malgré une production artisanale, elle cesse toute activité en 1967. Heberger image

Deux modèles de la production Montagne

Heberger image Heberger image

  • Pays : France
  • Région : Rhône-Alpes
  • Faïencerie : Saint-uze
  • Année : + ou- 1950
  • Type : Grès
  • Signature : Sans
  • Restauré : Non
  • Etat : Excellent

 

Saint-uze – La Saint Uzienne 3

 

photo photo photo

Décor chromolithographie : pour simplifier la même méthode que les décalcomanies. Je cite Roland Laplaud : « Pour la chromolitographie, il ne faut pas se fier au décor mais à la forme de la pièce, si elle est vraiment caractéristique et surtout à la marque de fabrique pour être sur d’identifier du St Uze ». A l’époque, les fabricants de chromos étaient peu nombreux et les céramistes du monde entier se servaient chez les mêmes fournisseurs, c’est pourquoi on peut retrouver des décors identiques sur de la porcelaine de Limoges, sur de la céramique italienne ou tchécoslovaque. La forme de celui-ci s’apparente bien à du St Uze mais je n’ai pas de marque pour confirmer mon idée. D’après ma source passionnée de St Uze, elle suppose une production de la « Saint-Uzienne ». C’est Mr Boutelier qui donnera son nom à la fabrique. En 1920 il vend l’usine et elle devient la société céramique et grès à feu du Dauphiné la Saint-Uzienne. Dans les années cinquante elle est confrontée à une grave crise financière dont le pic se situe en 58. En 1960, la Saint-Uzienne rachète les moules des établissements Précieux de Grigny qui les exploitent sous l’appellation « Nouveaux établissements Précieux ». L’embellie ne durera que 2 ans. Mr Boissonnet Louis s’en porte acquéreur et son projet de transformation de l’usine ne verra jamais le jour. La s’arrête la vocation de cette usine en 1962, elle est transformée en partie en habitation. Ci-dessous quelques modèles de chromolithographie

Heberger imageHeberger image

Heberger image

Marques de fabrication

Heberger imageHeberger imageHeberger image

L’article a été publié en 2009, à cette époque je n’avais comme piste cette manufacture, en 2017, je retrouve ce décor sur une production de Bernardaud de Limoges et un groupement de porcelainiers « Limoges Unique » comme décorateur dans les années 1920.

 

  • Pays : France
  • Région : Rhône-Alpes
  • Faïencerie : La St Uzienne
  • Année : Année non disponible
  • Type : Grès
  • Signature : Sans
  • Restauré : non
  • Etat : Excellent