Salins les Bains – Les potiers de l’Abbaye

photo photo

Occupant initialement l’ancien couvent des Capucins vendu après la Révolution comme bien national, la première faïencerie est installée en 1857 par Moniotte et Granger. Une usine plus appropriée est construite en 1858. La force hydraulique est fournie par la rivière Furieuse et le nouveau chemin de fer offre des conditions de transport idéales pour la manufacture. En 1862, l’activité est rachetée par Bourgeois et Page et se spécialise dans la faïence fine. Durant la deuxième moitié du XIXe siècle et le début du XXe siècle, la faïencerie de Salins produit de nombreux modèles de céramique domestique et de services décorés.

Extrait de facture, La Veuve Girault revendeur de vaisselle dans le Berry, client à l’époque de Bourgeois et Page.

Edouard Charbonnier, fils du directeur de la faïencerie de Longchamp, prend en 1912 la direction de la manufacture de Salins dont il est devenu propriétaire. Sous sa direction, la manufacture acquiert une nouvelle notoriété, couronnée en 1925 par une médaille d’or obtenue à l’exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes de Paris. La manufacture emploie, en 1936, 230 ouvriers et poursuit sa production sous la direction des héritiers Charbonnier. La faïencerie de Salins est intégrée à partir de 1968 dans la société des Faïenceries de Sarreguemines avant de se spécialiser dans la céramique sanitaire. La production de vaisselle en faïence courante est arrêtée en 1988, celle des articles de haut de gamme en 1998. Source : Faïence de Salins, Licence : CC BY-SA 3.0 Article Faïence de Salins de Wikipédia en français

Usine de Salins les Bains

Entrée d’usine

Four tunnel

Four a feu continu où la matière à cuire traverse différentes zones de chaleur.

Les fours tunnels ont été mis en service et ont remplacés les fours ronds dans les années 1947. Ils mesuraient 10 à 15 mètres de diamètre et comportaient 6 à 8 alandiers. Conçus en briques et à flammes renversées. Il ne fallait pas moins de 10 hommes pour enfourner et défourner. Le chargement était fait en gazette. Les  différentes zones de chaleur étaient utilisées pour cuire des productions ou des couleurs différentes.

Alandier : foyer situé à la base du four relié par un conduit

Gazette : boîte en terre réfractaire servant à protéger les pièces à cuire de la flamme, des impuretés du combustible ……

  • Pays : France
  • Région : Franche-Comté
  • Faïencerie : Salins les Bains
  • Année : 1950-1960
  • Type : Faïence
  • Signature : Au tampon
  • Restauré : non
  • Etat : Excellent

 

12 réflexions au sujet de « Salins les Bains – Les potiers de l’Abbaye »

  1. Bonjour,
    Je cherche à compléter un service de vaisselle identique aux photos ci-dessus, est-elle encore fabriquée ou reste-t-il quelque part un petit stock d’assiettes et autres composants du service ?
    Merci pour votre réponse

    1. bonjour,
      malheureusement l’usine est fermée et certains batiment réhabilité, d’autres détruits. Mise à part retrouver vos pièces chez des particuliers ou brocanteurs , vous aurez peu de chance de trouver du neuf.
      Bien cordialement
      Annie

    1. Bonjour Madame,
      Malheureusement pour vous, je n’ai rien à vendre sur ce site. Le concept de ce blog s’articule autour d’un objet culinaire : le beurrier à eau. Je présente ma collection et y apporte un maximum d’informations sur les diverses poteries
      bien cordialement
      Annie

  2. Bonjour, je voulais savoir si ceci peut prendre de la valeur si on y prend soin, par exemple, je fis cela car je possède 5 assiette genre a fondue des potiers de l abbaye, avec le tampon a l arrière, j les ai tjs mis de côté pour l occasion et du coup elles sont tjs présente dans mon placard 😉,
    excusez moi pour l’orthographe

    1. Bonjour,
      Il y a des choses en vieillissant qui prennent de la valeur mais Salins n’était pas aussi renommé que les grands centres faïenciers comme Sarreguemines ou Lunéville. De plus il s’agit de pièces de vaisselle, si vous aviez une pièce de l’artiste Max Claudet qui a travaillé pour les potiers de l’Abbaye, alors la oui, ça a de la valeur. Peut-être que dans deux cent ans vos assiettes seront cotées.
      Bien cordialement

  3. Bonjour,
    Je possède un service de table complet (assiette plate, écuelle, saladier,
    plat, soupière avec couvercle fermé par une corde et un manche de bois, service à café) en très bon état et une personne aimerait bien me l’acheter car elle le trouve très beau. Auriez-vous une idée de sa valeur, j’ai du en faire l’acquisition dans les années 70.
    Je serais heureuse d’avoir une idée du prix.
    Je reste dans l’attente de vous lire.
    Cordialement.

    1. Bonsoir,
      Je ne pourrai vous donner de prix, je ne suis pas spécialiste en la matière. Par contre vous pouvez visiter les sites d’enchères cela vous donnera un ordre de prix.
      Bonne vente
      cordialement

  4. Bonjour. j’ai acheté le service complet en 1972. Il se compose de
    24 assiettes plates 12 bols 12 verres (chopes) des plats ovales, ronds,
    un service à café, une soupière dont le couvercle est avec cordes, 2 bougeoirs le tout en parfait état.
    Quelqu’un peut-il être intéressé ? et si oui à quel prix ?

    1. Bonsoir,
      Il vous faut le mettre sur un site vendeur mais je ne pourrai vous donner de prix, j’ai acheté ce beurrier sur une brocante à 2€.
      Bonne soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *