Nevers – Fabrique Trousseau et Cie

 

Magnifique beurrier polychrome avec 3 mascarons de part et d’autres.

Cette manufacture  est née en 1885. Elle est en pleine voie de prospérité.
Elle occupe 60 ouvriers et peut fabriquer pour 300 000 francs de produits par an. Elle possède deux fours à 10 fournées par mois, consommant annuellement 300 décastères de bois. Cette usine emploie 400 mètres cubes de terre toute préparée et 78 000 kilos d’émail.
Les appareils, non compris les tours, consistant en 1 cylindre à préparer la terre, 4 moulins à émail, etc., sont actionnés par une machine à vapeur de la force de 30 chevaux.
MM Trousseau et Cie emploient également, comme dans l’usine précédente, le système des fosses pour préparer leurs terres. 

La faïence commune entre pour deux tiers dans la production (300 000 Fr.). Elle se vend en France, principalement en Normandie, Bretagne, Vendée, dans tout le centre et à Paris. Le nord et l’est sont fermés, à cause de la concurrence faite par les établissements de ces régions.
La faïence artistique à les mêmes débouchés que celle produite chez M Montagnon, mais elle se vend en moins grande quantité à cause de la récente fondation de cette usine 

Extrait de extrait de « mémoire de la société académique du nivernais » publié en 1890 (tome 4) 

Tiré du site : http://faiencedenevers.fr/au-xixieme-et-xxieme-siecle

http://faiencedenevers.fr/au-xixieme-et-xxieme-siecle

Elle fermera ses portes en 1894

 

  • Pays : France
  • Région : Bourgogne
  • Faïencerie : Trousseau et Cie
  • Année : 1885-1894
  • Type : Faïence
  • Signature : TC ON avec nœud vert
  • Restauré : Non
  • Etat : Bon quelques éclats d’émail

Faïenceries diverses-Deshoulières Fernand

Modèle en porcelaine à feu de type St Uze sous la marque Perfecta

Usine de poterie fondée en 1838 dans le centre de la ville de Chauvigny, sur le ruisseau de Montauban, par Jean Bozier, marchand de faïence, précédemment installé aux Marats, hameau de Chauvigny, depuis 1826. Jean Bozier s’associe avec son gendre Louis Deshoulières, dont le fils, Gaston, entreprend l’extension de l’entreprise avec la fabrication de faïence fine. En 1906, un nouvelle production d’articles culinaires en grès très fin est créée par Fernand Deshoulières. En 1908, un incendie détruit une grande partie des ateliers, qui sont reconstruits peu après. En 1909 est lancée la marque Perfecta, nouvelle porcelaine à feu. En 1935, Fernand Deshoulières s’associe avec son fils, Louis, puis rachète la marque Apilco (Albert Pillivuyt Compagnie). En 1946, un nouvel atelier de 2000 m² est construit sur le terrain appelé Paradis, et un premier four tunnel y est installé. En 1966, peu après l’arrivée d’Yves Deshoulières à la direction, une troisième unité de fabrication est édifiée au Planty, dans la zone industrielle de la ville, complétée par deux autres ateliers en 1970 et 1986, puis par de nouveaux bâtiments pour l’administration et le service commercial. Depuis 1985, une partie de la production est faite par pressage de poudre, parallèlement au coulage mécanique et Manuel, et au calibrage Manuel. Les fours d’abord alimentés au charbon, le sont depuis 1948 au gaz, d’abord produit par l’entreprise elle-même, puis acheté à partir de 1962. Les fours ronds ont été complétés et remplacés par des fours tunnels à partir de 1948, puis par des fours cellules dans les années 1960. Le premier four tunnel de 1948 fonctionne toujours. En 1920, un moteur à vapeur de 70 ch remplace les 2 moteurs à gaz pauvre. Il sera lui-même remplacé par un moteur de 105 ch en 1946. Vers 1890, environ 20 ouvriers. En 1906 : 50 ouvriers. En 1988 : 493 ouvriers. En 1995 : 380 ouvriers

 

Article de 1931, cliquez dessus pour l’agrandir.

 

  • Pays : France
  • Région : poitou-Charente / Nouvelle Aquitaine
  • Faïencerie : Porcelainerie Deshoulières
  • Année : +ou- 1920
  • Type : Faïence
  • Signature :
  • Restauré :
  • Etat : Excellent un petit éclat sous le couvercle