Charolles – Charolles 4

 

photo photo photo photo

Pièce de Charolles pour le magasin de revente la Compagnie franco anglaise 78, rue Turbigo à Paris d’ Emile Bourgeois : Emile Bourgeois (1832-1926) fut à seize ans commis dans une faïencerie. Il séjourna en Angleterre de 1856 à 1860 et revint en France, après la signature des traités de commerce (Gladstone, 1860), en tant que représentant des principales manufactures anglaises. En 1862, il ouvrit Le grand dépôt, 21 rue Drouot qui ne vendait que des céramiques anglaises. Il ajouta ensuite des faïences et porcelaines françaises, avec des modèles exclusifs exécutés d’après ses indications. L’exposition s’étendait sur trois étages. Bourgeois participa à l’exposition de 1878, obtint en 1885 une médaille d’or en tant qu’ « éditeur » et une autre d’argent à Amsterdam pour l’édition de modèles nouveaux. Bourgeois prit sa retraite en 1905, mais Le grand dépôt ne ferma qu’après la Seconde Guerre mondiale. Source : Régine de Plinval de Guillebon, « Faïence et porcelaine de Paris », p212 : les magasins suivants lui appartenaient : à Paris : le 17, rue Drouot à ses débuts , les 21, 23 rue Drouot , le 78 rue de Turbigo avec le 119 rue du Temple , les 36, et 11, rue Etienne Marcel, le 15, rue Chauchat, les 19 et 20, rue De Provence, et 100 hectares de vignoble en Algérie dont le vin médaillé alimentait les tables à Paris . Une des marques de cette compagnie

Heberger image

Heberger image

Affiche publicitaire de cette Cie franco anglaise par C. Verneau.

Source : Le Net Après avoir pris des renseignements vers des collectionneurs passionnés de faïences de Charolles, voici leurs analyses : Oui ce beurrier est bien de Charolles, première période Molin Alfred 1. La marque particulière est bien celle de la Cie Franco-anglaise à Paris, société « grossiste importateur-exportateur » de marchandises entre l’Angleterre et la France, (et notamment de faïences), qui commandait et distribuait des pièces en imposant un marquage au pochoir spécial fourni par eux à tous les fabricants auprès desquels il se fournissaient. Charolles n’étant pas le seul fournisseur de faïences pour cette société, j’ai déjà vu sur quelques pièces de Paris, (Choisy, Creil, Montereau, Limoges etc…) cette marque spécifique.. Je n’en avais jamais vu sur des pièces de Charolles… Cela en fait une pièce rustique à caractère particulier et intéressant. Une autre question, étant donné qu’il existait 3 qualités de faïences : faïence dite rustique ou populaire, a but utilitaire, le décor à l’œillet en fait parti. faïence semi artistique : les formes évoluent et les décors sont plus élaborés. Le freterel (Bouton en forme de fruit qui surmonte le couvercle d’un vase) du beurrier en fait parti. faïence artistique, elle rassemble les objets décoratifs. Dans les décors on retrouve des fleurs et insectes. Dans quel catégorie cet objet est à classer avec ce décor rustique surmonté d’un freterel semi artistique? Ci-dessous planche présentant un beurrier conservateur

Heberger image

modèle droit ancien sur soucoupe adhérente qui se faisait en deux tailles Ø 11 et Ø 9 cm. Il était plutôt réservé au décor artistique ou demi-artistique. Source : planche et commentaires Faïencerie Molin de Charolles. Ci-dessous beurrier artistique collection particulière Mr G. L

Heberger imageHeberger image

  • Pays : France
  • Région : Bourgogne
  • Faïencerie : Charolles
  • Année : 1880 -1920
  • Type : Faïence
  • Signature : Cie franco Anglaise paris
  • Restauré : non
  • Etat : Excellent

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *